Λύκος ἀρνίον ἐδίωκε· τὸ δὲ εἴς τι ἱερὸν κατέφυγε. Προσκαλουμένου δὲ αὐτὸ τοῦ λύκου καὶ λέγοντος ὅτι θυσιάσει αὐτὸ ὁ ἱερεύς, εἰ καταλάβῃ, τῷ θεῷ, ἐκεῖνο ἔφη· «Ἀλλ᾿ αἱρετώτερόν μοί ἐστι θεοῦ θυσίαν γενέσθαι ἢ ὑπὸ σοῦ διαφθαρῆναι.»
Ὁ λόγος δηλοῖ ὅτι οἷς ἐπίκειται τὸ ἀποθανεῖν κρείττων ἐστὶν ὁ μετὰ δόξης θανατος.

*

Un loup poursuivait un agneau, qui se réfugia dans un temple. Comme il était invité à en sortir par le loup, qui disait que le prêtre allait le tuer, en sacrifice au dieu, il répondit : « Mais, il me plaît mieux de mourir pour le dieu, que d’être égorgé par toi. »

Cette fable dit qu’il vaut mieux, s’il est nécessaire de mourir, de choisir la mort pour la gloire.